©2016 par AOFT

  • Facebook - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle

Démarche

B.L.U.S.H. est un collectif de femmes composées de deux artistes en art visuel Annie Baillargeon/Isabelle Lapierre  et d’une conceptrice sonore et musicienne Marie-Hélène Blay. Inspirée par certains regroupements féministes, B.L.U.S.H. est une association déclarant une approche artistique libre et ouverte. Valorisant la collaboration BLUSH fait parfois appel à des artistes invités. B.L.U.S.H. par une Recherche évolutive a comme objectif de reformuler à chaque performance son identité, et d’articuler son propre langage visuel au même rythme que son langage sonore. Le groupe articule et utilise cette interdisciplinarité pour traduire une vision du monde ou tout est connecté et sujet à des interprétation diverses.

 

B.L.U.S.H. édifie des univers éphémères et paradoxaux qui se confrontent au monde dans lequel nous vivons. Par une approche inspirée de l’écoféminisme, le collectif engendre des manifestations performatives qui abordent avec critique certaines de nos réalités contemporaines. Il met ainsi en perspective les failles de notre système politique et social actuel. Avec l’urgence d’agir, B.L.U.S.H. y transforme l’état pathétique de la société en de riches paysages visuels et sonores. Grâce à une dynamique à plusieurs et à force de manipulations, corps  matériaux et sons s’accumulent, s’altèrent, se déconstruisent et se convertissent.

 

Les performances de B.L.U.S.H. mettent en scène des rituels profanes et engagés au cœur desquels évoluent des personnages hybrides. Par la retranscription corporelle d’un état primitif, ce collectif explore une construction identitaire qui serait sans égards aux institutions et aux conventions, avec une ouverture à l’imprévu et à l’improbable.

 

 Enfin, B.L.U.S.H. pose un regard auto-observateur sur le processus de création artistique et, par une multitude de références, examinent comment ce dernier s’insère dans le monde de l’art et dans la société actuelle. C’est donc toujours en jouant à esquisser un fait social que les membres du collectif finissent par tenir leurs propres rôles d’artistes indisciplinées.

 

 Voici un extrait du  Manifeste de B.L.U.S.H. témoignant de la position qu’elles souhaitent prendre pour faire évoluer leur travail :

Artist statement

B.L.U.S.H. collective presents a visual exploration combining performance, painting, installation and sound design. Considering all the mediums of expression (body, sound, sculpture and visual elements) in their primitive state, they anticipate to find out where these mediums will take them when being manipulated. They stage their bodies with exaggeration and excessiveness, trying to exclude any existential conception of the woman’s identity that they handle as a group, testifying of the constant connection to ourselves and to the others. Therefore, their performance’s synchronized and desynchronized actions come out as profane and political rituals. Their approach translates their female artist views on the construction of the self without any consideration for institutions, with a mind open to the unplanned and the improbable.

Extrait du ''Manifeste de B.L.U.S.H.

''Nous collaborons à une force commune, nous travaillons en dialogue, nous travaillons dans une nécessité d’actions, nous proclamons la répartition des forces, nous résistons à l’individualisme ambiant, nous sommes attentives à l’autre, nous supprimons toute hiérarchie, nous adaptons les différences au périmètre d’autrui. Nous sublimons la matière par un mouvement commun. Nous sommes en réadaptation collective. Nous sommes reconstruction''.

''Nous sommes B. L .U. S. H.''